FLASH INFOS :CONSEQUENCES COVID 19

capture-film-production

Production d'équipements électriques : responsabilité élargie, de la conception à la fin de vie

En France, chaque année, 620 millions d’équipements électriques et électroniques sont mis sur le marché. Cela représente 1,6 millions de tonnes, soit l'équivalent de 150 tours Eiffel. En règle générale, jusqu’au début du XXI ème siècle, lorsqu'un appareil électrique était cassé ou jugé obsolète, on le jetait avec les ordures ménagères ou les encombrants, engendrant des pollutions et un gaspillage de matières. Puis, on le remplaçait par un appareil neuf, fabriqué à partir de ressources naturelles issues de l’extraction minière. Ce modèle était un modèle linéaire de production, consommation puis abandon.


Produire responsable pour réduire les déchets


Avec la mise en place de la REP un producteur est désormais tenu d’assurer la fin de vie « conforme » des équipements qu’il met sur le marché. Pour ce faire, il a deux options :

  • Il peut organiser lui-même la collecte séparée, la dépollution et la valorisation des appareils usagers en créant sa propre filière,
  • ou plus simplement, le producteur peut confier ces opérations à un éco-organisme qui s'occupera de tout et qui, en plus, assumera sa responsabilité réglementaire de metteur sur le marché.


L’éco-organisme gère ainsi l’ensemble des acteurs de la filière pour assurer les opérations de logistiques (collecte, transport, massification, tri) et de traitement (démantèlement, dépollution valorisation), en échange d’une contribution mutualisée de tous les producteurs qui font appel à lui.

Après collecte, un DEEE (Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques) sera dépollué puis recyclé en centre de traitement. La récupération des matières premières évitera ainsi le gaspillage et le recourt à l’extraction minière. Cette activité est créatrice de milliers d’emplois non-délocalisables.

Les producteurs peuvent agir directement sur l'efficacité de cette filière : par exemple en limitant l’utilisation de substances réglementées ou encore en prévoyant la déconstruction des appareils dès leur conception, créant ainsi des conditions favorables au recyclage. On parle alors d’éco-conception !

Transition vers une économie circulaire

Et on peut aller encore plus loin. Par exemple, les producteurs peuvent agir sur la durée de vie de leurs produits en vendant aux utilisateurs non plus un équipement, mais des services d’usages associés. On parle alors d’économie de la fonctionnalité.

Tous ces axes de développement, inscrits dans une logique d'économie circulaire, peuvent rendre la filière plus efficace, et donc faire baisser les coûts de recyclage.

Depuis la création de la REP DEEE et le travail des producteurs, la filière a connu une croissance soutenue, notamment grâce aux consommateurs d’équipements qui agissent aussi en faisant le bon geste de tri.

Si chacun agit, tout le monde y gagne !

Documentation

  

Vidéo(s)

  • Produire responsable grâce à la REP et l'Economie Circulaire