m_guadeloupe-recyclage-dechets

Le défi des D3E aux Antilles

On fait bien souvent l'erreur, quand on évoque « la France », d'oublier ses départements et territoires d'Outre-Mer. Ils sont pourtant partie intégrante du territoire et sont soumis, eux aussi, à des normes de recyclage des déchets électroniques (les D3E). Ainsi, depuis 2007, c'est la société Ecodec qui est associée à Ecologic pour la collecte de ceux-ci, en Guadeloupe.

Avec un investissement sur place de 6 millions d'euros, la construction d'un nouveau bâtiment de 20 000 mètres carrés pour mener à bien ses opérations et une équipe de 30 personnes sur place chargées de la récupération et du traitement des DEEE, la filière du recyclage électronique se porte de mieux en mieux.

Et heureusement, puisqu'aux Antilles, plus qu'ailleurs en France, ce type de détritus a tendance à s'accumuler rapidement, la faute au climat tropical qui accélère l'usure des appareils. Selon Ludovic Fiers, Directeur Général d'Ecodec, 3 300 tonnes de D3E sont ainsi récoltées chaque année en Guadeloupe, un volume appelé à augmenter avec un réseau local de déchèteries qui s'étoffe petit à petit, multipliant ainsi le nombre de points de collecte.

Sur ce point, la Guadeloupe a d'ailleurs une longueur d'avance sur ses camarades antillaises. En effet, la Martinique et la Guyane ne disposent pas d'infrastructures de traitement des D3E, et ceux-ci finissent soit dans des décharges locales, soit dans des containers acheminés vers la métropole pour être recyclés ou valorisés.

Une problématique économique (ces envois coûtent plus chers qu'un traitement sur place) et écologique (le bilan carbone du transport de ces déchets est peu reluisant) qu'il faudra résoudre tôt ou tard. Ecodec et Ecologic se voient ainsi proposer un beau défi pour l'avenir, celui de récolter les 900 tonnes de déchets électroniques produites annuellement par la Martinique, ainsi que les 300 tonnes produites en Guyane. Un volume largement supportable pour Ecodec, qui est capable de traiter annuellement jusqu'à 10 000 tonnes de déchets.

Le recyclage des DEEE et la lutte contre la pollution des décharges sauvages sont donc un enjeu pour la France, DOM-TOM inclus.