Vous êtes ici : Accueil>Citoyens>Que contiennent mes DEEE ?
img1542

Que contiennent les DEEE ?

Nos déchets électriques contiennent des matériaux valorisables et des substances potentiellement polluantes. C’est pourquoi, ils sont considérés comme dangereux. Il porte le sigle de la poubelle barrée qui indique qu’ils doivent être triés des autres déchets ménagers afin d’être collectés séparément. Il est également interdit de les exporter afin d’éviter des drames sanitaires et environnementaux causés par nos déchets dans d’autres pays.
Lors de leur traitement, les déchets électriques subissent plusieurs phases de dépollution puis de broyage afin de séparer les substances règlementées et les substances valorisables. 

Les matériaux qui composent les déchets électriques

  • 48% Métaux ferreux
  • 17% Matières plastiques
  • 13% Résidus de broyage
  • 10% Verre
  • 7% Métaux non-ferreux
  • 2% Fraction minérale
  • 2% Cartes de circuits imprimés
  • 1% Autres

Les substances règlementées

Certaines substances contenues dans les déchets électriques doivent être traités séparément du fait de leur dangerosité ou au contraire de leur forte valeur. Ces substances sont listées par la règlementation en vigueur :

  • Condensateurs contenant du polychlorobiphényle (PCB), conformément à la directive 96/59/CE du Conseil du 16 septembre 1996 concernant l’élimination des polychlorobiphényles et des polychloroterphényles (PCB et PCT).
  • Composants contenant du mercure, tels que les interrupteurs ou les lampes à rétroéclairagePiles et accumulateurs.
  • Cartes de circuits imprimés des téléphones mobiles, d’une manière générale, et d’autres dispositifs si la surface de la carte de circuit imprimé est supérieure à 10 cm2
  • Cartouches de toner, liquide ou en pâte, ainsi que les toners de couleur.
  • Matières plastiques contenant des retardateurs de flamme bromés.
  • Déchets d’amiante et composants contenant de l’amiante.
  • Tubes cathodiques.
  • Gaz et huiles : Chlorofluorocarbones (CFC), hydrochlorofluorocarbone (HCFC) ou hydrofluorocarbone (HFC), hydrocarbures (HC).
  • Lampes à décharge.
  • Écrans à cristaux liquides (ainsi que leur boîtier le cas échéant) d’une surface supérieure à 100 centimètres carrés et tous les écrans rétroéclairés par des lampes à décharge.
  • Câbles électriques extérieurs.
  • Composants contenant des fibres céramiques réfractaires tels que décrits dans la directive 97/69/CE de la Commission du 5 décembre 1997 portant adaptation au progrès technique de la directive 67/548/CEE du Conseil relative à la classification, l’emballage et l’étiquetage des substances dangereuses.
  • Composants contenant des substances radioactives à l’exception des composants en quantité ne dépassant pas les valeurs d’exemption fixées dans l’article 3 et l’annexe I de la directive 96/29/Euratom du Conseil du 13 mai 199. Cette directive fixe les normes de base relatives à la protection sanitaire de la population et des travailleurs contre les dangers résultant des rayonnements ionisants.
  • Condensateurs électrolytiques contenant des substances dangereuses (hauteur 25 mm, diamètre 25 mm ou volume proportionnellement similaire).

Présence de substances réglementées dans les déchets électriques

  • 53% Tubes cathodiques
  • 17% Matières plastiques contenant des retardateurs de flamme bromés
  • 11% Cartes de circuits imprimés
  • 7% Câbles électriques extérieurs
  • 8% Autres
  • 4% Lampes à décharge
L’éco-contribution que nous payons à l’achat des appareils électriques est calculée en fonction des couts de collecte mais aussi de traitement des déchets électriques. En somme, plus un équipement contient de substances à dépolluer plus l’éco-contribution sera élevée. A l’inverse pour les matières qui sont facilement recyclables et qui ont une valeur forte, l'éco-contribution sera faible. Pour réduire la présence des substances nuisibles, les fabricants agissent dès la conception de leurs produits, ce qui facilite le recyclage. Il s’agit de l’éco-conception. C’est le premier maillon de la chaine de l’économie circulaire !