Recyclage des déchets électriques : chiffres clefs et faits marquants

Public
Le

28 novembre 2016
21 novembre 2016
Chaque année, l'Ademe publie un rapport complet sur la filière de recyclage des Déchets d'Equipements Electriques et Electroniques (DEEE ou D3E). Fin 2016, le rapport pour l'année 2015 est paru. Ecologic vous en propose une synthèse. Le rapport complet est disponible ici.

Les données "filière DEEE" ménagers et pro


A l'origine des filières DEEE en France, se trouvent 2 directives européennes datant de 2003, relatives à la conception (2002/95/CE) et à la fin de vie des produits électriques (2002/96/CE).

Réglementations européenne et française - Source Ademe


La filière de recyclage des DEEE comporte 2 segments : 1 pour les DEEE ménagers et l'autre pour les DEEE professionnels.

Les DEEE sont divisés en 11 catégories selon leur nature et leur fonction afin d'améliorer leur procédé de traitement (catégorisation en cours jusqu'en 2018).

5 statuts de producteurs :

  1. fabricant,
  2. importateur (hors Union Européenne),
  3. introducteur (depuis l'Ue),
  4. revendeurs sous sa marque (marque distributeur),
  5. vendeurs à distance.
5 flux de collecte des DEEE ménagers pour optimiser la logistique et le traitement.

5 types de traitement par ordre de priorité :

  1. Réemploi,
  2. Réutilisation,
  3. Recyclage,
  4. Valorisation énergétique,
  5. Elimination (mise en décharge ou incinération).
6 étapes de traitement :

  1. Démantèlement,
  2. Broyage,
  3. Séparation électromagnétique,
  4. Tri optique (pour les cartes électroniques),
  5. Séparation des métaux non-ferreux,
  6. Séparation des plastiques (par flottation ou tri optique).
Source Ecologic


Marché des Equipements Electriques et Electroniques (EEE) en 2015


En 2015, 710 millions d'équipements ont été mis sur le marché français, représentant 1,68 million de tonnes (soit 166 Tour Eiffel ou 32 Titanic). En 2015, les données montrent une hausse significative du nombre d’unités (+11,4 %) et du tonnage d’EEE mis sur le marché (+7,1 %) par rapport à 2014.

EEE ménagers : 1,43 millions de tonne d'équipements ménagers mis sur le marché (+7,5 % par rapport à 2014), soit 616 millions d'équipements et 9 appareils par habitant.
Montant total des contributions perçues par les éco-organismes ménagers : 169 millions d'euros.

EEE pro : 94 millions d'équipements mis sur le marché (MSM), soit +32,6 % par rapport à 2014, pour une masse de 242 517 tonnes. Montant total des contributions perçues par les éco-organismes pro : 8,7 millions d'euros.

Collecte des DEEE en 2015


Données globales

621 557
tonnes de DEEE ménagers et professionnels ont été collectées en 2015, soit une augmentation 17,8 % (+94 034 tonnes). En tout, ce sont plus de 3,89 millions de tonnes de DEEE collectées depuis 2006.

Evolution des tonnages de DEEE collectées
DEEE ménagers

La filière des DEEE ménagers est opéré par 2 éco-organismes généralistes qui collectent auprès de 32 161 points de collecte, dont 4 868 déchèteries, 23 862 points de collecte distributeurs, 303 points de collecte "ESS", ...

577 927 tonnes de DEEE ménagers ont été collectées en 2015 soit une augmentation 16,7 % par rapport à 2014.
64 % des tonnages collectés viennent des déchèteries, 20 % sont issus de la distribution, 4 % de l'économie sociale et solidaire...

Le département du Nord (59) est le département qui collecte le plus en volume avec 23 004 tonnes de DEEE collectés en 2015.. En proportion, on retrouve le département des hautes-Alpes (05) à la première place avec 14,87 kilo de DEEE collectés par habitant. A l'autre bout du classement, Mayotte (976) accapare les deux dernières places avec 251 tonnes de DEEE collectés sur son territoire, ce qui représente 1,11 kilo par habitant quand la moyenne française est de 8,71 kilo.

Selon l'Ademe, "le taux de collecte dans les DROM, plus faible qu’en métropole, est du à plusieurs facteur : pratique de la livraison à domicile avec reprise de l’ancien matériel peu habituel, dispositifs de collecte chez les distributeurs et déchèteries peu développés, vols et vandalisme sur les points de collecte existants. L’insularité et l’éloignement pèsent également sur le coût de traitement, ce qui n’incite pas à développer la collecte. Face à ces enjeux, plusieurs pistes d’action sont préconisées : développer les points de collecte chez les distributeurs même sans vente de nouveaux produits, encourager l’implantation des activités de réemploi et recyclage via les réseaux Envie ou Emmaüs, favoriser le réemploi des équipements provenant des administrations. l’implantation d’unités de traitement à la Réunion (octobre 2014) et en Guadeloupe (en cours de construction en 2016), permettant d’éviter d’envoyer les DEEE en métropole, devrait être un facteur de développement de la filière dans ces DROM."

Performance de collecte des DEEE ménagers en 2015 - @Ademe

53,4 %
des tonnages collectés l'ont été en milieu semi-urbain,
31,2 % en milieu rural,
15,4 % en milieu urbain.


DEEE Pro

43 630 tonnes de DEEE collectées en 2015 (+ 35,4 % par rapport à 2014).


Traitement des DEEE en 2015


Données globale :

196
centres de traitement en France.

617 401 tonnes de DEEE traités en 2015 soit + 18,1 %,  2014.

Taux de traitement :
80 % : recyclage
11 % : élimination
8 % : valorisation énergétique
1 % : (préparation en vue de) réemploi.
0 % : réutilisation

En moyenne, un DEEE, c'est :
42,6 % : métaux ferreux
14,7 % : fraction minérale et verres
12,6 % : plastiques
8,2 % : métaux non-ferreux
7,9 % : valorisation énergétique
13,9 % : déchets ultimes

106 653 tonnes de substances réglementées ont été sécurisées (en baisse de 2,7 % du fait d'une diminution des quantités déclarées de plastiques bromés).


DEEE ménagers traités :

575 050 tonnes ont été déclarées traitées, soit + 17 % par rapport à 2014 (différence avec la collecte à cause des effets de stocks non traités dans l'année). Parmis ces tonnes, 102 631 substances reglementées ont été extraites des DEEE ménagers. Les tubes cathodiques représentent la plus grande part des matériaux traités de manière spécifique, de par leur poids élevé et le nombre important de téléviseurs à tubes cathodiques traités.

Substances réglementées :
53 % : tubes cathodiques
17 % : matières plastiques contenant des retardateurs de flamme bromés
11 % : cartes de circuits imprimés
8 % : autres
7 % : cables électriques extérieurs
4 % : lampes à décharge

99,4 % des DEEE ménagers sont traités en France et 100 % en UE. En effet, sur 575 050 tonnes déclarées traitées par les éco-organismes, seulement 2 317 tonnes ont été traitées en Belgique (dont 53 % de lampes et 23 % d’écrans), et 974 tonnes en Allemagne. Ce tonnage traité à l’étranger a augmenté par rapport à 2014 où il était de 1 945 tonnes traités en Belgique. Les 366 tonnes de panneaux photovoltaïques déclarés pour la première fois au registre ont été très majoritairement (96,5 %) traités en Belgique, aucun site en mesure de traiter les panneaux photovoltaïques n’existant pour le moment en France.

Taux de traitement :
79 % de recyclage
10 % d'élimination
9 % de valo énergétique
1 % de (préparation en vue de) réemploi, soit 4 647 tonnes (10 % des tonnages confiés aux structure de réemploi)
1 % de réutilisation

En 2015, les quantités de DEEE préparées en vue du réemploi représentent environ dixième des quantités confiées aux structures de réemploi (4 948 tonnes préparées en vue du réemploi contre 48 053 tonnes confiées aux structures chargées de la préparation au réemploi, soit 10,3 %). Cette préparation en vue du réemploi d’équipements ménagers est exclusivement effectuée en France.


DEEE pro traités :


42 351 tonnes de DEEE professionnels ont été déclarées traitées en 2015, soit +35,5 % par rapport à 2014

Près de 80 % des DEEE professionnels sont recyclés, soit une augmentation de 47,9 % par rapport à 2014. Contrairement à la filière des DEEE ménagers, une part importante des tonnages professionnels est déclarée réemployée (9,3 %). En effet, les équipements professionnels, et notamment les équipements informatiques, ayant une durée d’usage par leur détenteur inférieure à leur durée de vie, ils génèrent des gisements intéressants pour le réemploi, à la fois en termes de qualité et de quantité.

Taux de traitement:
79 % : recyclage matière
9 % : préparation à la réutilisation
6 % : élimination
4 % : valorisation énergétique
1 % : réutilisation de pièces

L’analyse des modes de traitement par pays de destination des déchets permet de constater que le réemploi par appareil entier s’effectue pour 37 % des tonnages hors Union Européenne et à 51 % en France. Les autres types de traitement (réutilisation de pièces, recyclage, valorisation énergétique) et l’élimination ont lieu quasi uniquement dans l’Union Européenne (plus de 99 % des tonnages pour chacun de ces types de traitement). Tous modes de traitement confondus, la part des DEEE traités en dehors de l’UE a diminué (3,5 % contre 7,6 % en 2014) au profit du traitement en France (86,1 % contre 80,1 % en 2014).

Les DEEE en Europe


Un habitant de l'UE a généré en moyenne 15,6 kg de DEEE (chiffre en baisse depuis 2012), contre 5,9 kg au niveau mondial. La france se situe au dessus de cette moyenne avec 21,5 kg/an/hab de DEEE générés.

35 % des DEEE générés ont été recyclés par des filières officielles
Parmis les 65 % restants, soit 6,15 millions de tonnes:
3,15 millions tonnes ont été recyclées en Europe de manières non-conformes;
1,5 million de tonnes ont été exportées;
0,75 million de tonnes ont été triées pour en récupérer les matériaux de valeur;
0,75 million de tonnes ont été jetées à la poubelle.

7 tendances de fond :

  • Miniaturisation des EEE;
  • Accroissement de la complexité des équipements et donc de leur composition;
  • Cycles de vie courts qui imposent une mise à niveau rapide très régulière des procédés de traitement;
  • Baisse de la valeur marchande globale car moins composés de métaux;
  • Augmentation des quantités de DEEE;
  • Montée en puissance des quantités collectés;
  • Vers une amélioration du réemploi des DEEE.

4 recommandations et perspectives :

  • Harmonisation des pratiques;
  • Renforcement de la coopération entre les pays pour lutter contre le crime organisé transfrontalier;
  • Amélioration du suivi des flux et des acteurs impliqués dans la filière;
  • Mise en place de standards de recyclage et de réutilisation ainsi que d'incitations favorisant les filières de traitement officielles.

Source : Ademe

1
1
2016-11-23T00:00:00+01:00

La webTV d'Ecologic

Nos événements

Février 2017
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 1 2 3 4 5
Voir tous nos événements
01 30 57 79 09